Playlist Kuduro

25 morceaux au top pour faire la fête.


L’angola est à l’honneur avec ce sous-genre Afro-electro qu’est le Kuduro. Un son cru, punk, des quartiers populaires (les fameux Musseke) et qui, malgré des paroles souvent engagées, a fait les belles heures des discothèques luandaises avant de s’exporter à travers le monde. Le Kuduro, qui veut dire « cul dur » a su séduire l’occident, notamment grâce sa chorégraphie en ligne simple, et qui rappelle le madison. Mais il est loin de faire l’unanimité. Empreint de semba, de break-dance et de sonorités traditionnelles, il se revendiquerait presque comme une réponse au Baile funk brésilien, voire au Kwaito qui fait fureur en Afrique Du Sud.
Quel-DJ est heureux de vous présenter sa playlist Kuduro. Une sélection destinée à un large public, tout en étant force de proposition, et réalisée pour vous aider à la préparation de votre évènement festif.
En espérant avoir pu vous apporter une collaboration précieuse, nous vous souhaitons une bonne (re)découverte de quelques classiques du genre.

playlist kuduro
Dernière mise à jour: 06/12/2021



AGRE G – Pike Pike

01

Le Kuduro des premières heures, celui des années 90 marqués par la guerre civile en Angola, s’affirmait comme le mouvement qui voulait fédérer la jeunesse des ghettos tout en tournant en dérision les difficultés du quotidien. Et si peu à peu il s’est inscrit dans le patrimoine musical angolais et s’est largement exporté, les artistes les plus fidèles à ce style ont toujours souffert de préjugés comme de l’absence de réels soutiens structurels. Agre G fait parti de ceux qui ont toujours cherché à faire respecter le kuduro.
Loin des clichés négatifs, véhiculés par certains kuduristas, il a toujours tenté de produire des musiques festives et exubérantes, tout en demeurant parfaitement cohérentes dans leur contenu. Ses absences répétés d’une scène qui ne nourrit que trop mal son homme expliquent à elles seules le déclin du kuduro au détriment du semba ou d’une musique urbaine bien plus en vogue en 2022.

BATIDA – Bazuka (Quem Me Rusgou)

02

En portugais, Batida veut dire rythme. Et le descendant portugais, qui sublime et explore la culture angolaise depuis de nombreuses années, sait qu’il est dans le vrai. Il se nomme Pedro Coquenão. Un natif de Luanda qui a grandit et évolue toujours dans la banlieue métissée de Lisbonne. Clairement, son art se défend d’exploiter vilement l’exotisme africain. En effet, en dépit de ses allures carnavalesques, « Bazuka » est un kuduro teinté d’electro basique, mais qui rappelle surtout la réalité des enfants enrôlés pour faire la guerre en Angola. L’esprit contestataire et marginal du Kuduro, en somme.

BRUNO M – Eh Ewe

03

Celui qui fut d’abord rappeur et accoutumée aux pratiques criminelles de gangs a trouvé son salut dans le Kuduro. Un style musical auquel il a apporté de nouvelles perspectives, tant dans les messages que les dans les mélodies, et qu’il représente de manière toujours positive. Il se nomme William Bruno Diogo do Amaral, alias Bruno M. Un artiste particulièrement populaire en Angola et bien au-delà.


BURAKA SOM SISTEMA Feat PONGOLOVE – Kalemba (Wegue Wegue)

04

Depuis leur quartier populaire de la banlieue du nord-Lisbonne, Buraka apporte un souffle nouveau aux dancefloors en 2008. Ce Kuduro dopé à l’electro est clairement devenu le titre iconique du quintette et a voyagé à travers le monde entier.


CABO SNOOP – Prakatatumba

05

« Cabo », qui doit être entendu comme capitaine, fait allusion au régime militaire en Angola. Quant à « Snoop », c’est parce qu’il est grand et maigre comme le rappeur américain du même nom. Cabo Snoop distille un son Power House, q’il définit comme une fusion du Kuduro et du Kwaito. Danseur compulsif, l’artiste sait aussi manier l’humour avec brio. Une qualité mise en évidence dans le clip de Prakatatumba, un autre mot inventé pour dire qu’il faut briser son bras afin d’éviter d’être victime des « chercheurs » d’or…

Playlist Kuduro batida bazuka

cabo snoo Prakatatumba

DON OMAR Feat. LUCENZO danza kuduro


COSTULETA – Tchiriri

06

Voici le tube attendu dans toute playlist kuduro résolument festive. Un titre jovial, qui a fortement contribué à l’intronisation de la musique angolaise en France, et qui est parfaitement adapté pour une danse en ligne. Les puristes lui préféreront la version plus brute ou moins consensuelle de Magnesio (« Dança Do Tchiriri »), qui est par ailleurs l’originale.


DJ DJEFF Feat NACOBETA, AGRE G E GAME WALLA – Mwangolé

07

Avant d’envouter les clubs avec son Afro-House éffrénés, DJeff Afrozilla était un digne ambassadeur du Kuduro. C’est avec des kuduristas de renom, dont le regretté Nacobeta, qu’il signe en 2013 ce titre qui sera un carton en Angola.

DOG MURRAS – Aqui Tas

08

Dans un pays où une large partie de la population demeure analphabète, la communication du gouvernement vers les masses est souvent difficile. Les messages très engagés des kuduristas, quant à eux, circulent très facilement. D’ailleurs, ces derniers sont largement véhiculés par les taxis qui sillonnent les routes telles de véritables sonos ambulantes. Dog Murras est très vite devenu le maillon manquant entre les sphères du pouvoir et celles de la rue. Véritable ambassadeur du Kuduro, probablement sponsorisé par l’État, il incite le peuple angolais à s’inscrire sur les listes électorales, il sensibilise la jeunesse face au VIH, et affirme inlassablement la fierté de la culture ancestrale angolaise. Bête de scène avérée, artiste talentueux, la portée de son œuvre reste néanmoins fragilisée  par ses élans propagandistes. Dans votre playlist kuduro, vous veillerez donc à vous assurer de ne pas froisser d’éventuels opposants au pouvoir angolais.


DON OMAR Feat. LUCENZO – Danza Kuduro

09

Le plus grand succès populaire du « Kuduro » n’est pas angolais. Il est l’œuvre d’un chanteur portoricain, spécialiste de reggaeton (Don Omar), et d’un franco-portugais (Lucenzo). Si « Danza Kuduro » a fait le tour de la planète, c’est surtout parce que la chanson s’est illustrée dans le blockbuster « Fast and Furious 5 », et qu’elle a fait l’objet d’un nombre incalculable de remixs adaptés pour chaque région du monde. Une vitrine très markétée du Kuduro, en somme, qui reprend dans son clip la chorégraphie standard, mais dans un cadre très lointain des ghettos de Luanda. Il n’en demeure pas moins que « Danza Kuduro » a battu des records de téléchargement mp3 et de streaming YouTube de 2010 à 2019. Aussi, la chanson est devenue un incontournable de la fête et des séances de zumba. Tout cela pour dire que nous sommes ici face à un must pour vote playlist kuduro populaire.


GATA AGRESSIVA – Fula Mupepi

10

Figurant parmi les premières femmes à avoir défendu le Kuduro sur scène, Gata Agressiva vit désormais écœurée et retirée de la musique. Entre l’absence totale de soutien de ses paires, le détournement systématique de ses cachets, voire le sexisme latent auxquels l’artiste a du faire face dans les années 90, il semble évident que son menu mais riche répertoire risque de ne jamais s’étoffer à posteriori.


HELDER REI DO KUDURO – Festa Da Paz

11

Il se fait surnommer le « Roi du Kuduro » car le genre en était à son stade embryonnaire lorsqu’il connu ses premiers succès populaires. Si son talent est incontestable, l’artiste angolais demeure cependant très controversé. Des icônes comme Sebem ou Tony Amado l’accusaient régulièrement de plagiats ou d’exploitation abusive de leur répertoire. Il n’en demeure pas moins que le kudurista a livré quelques morceaux notables, comme ce « Festa da Paz » d’anthologie et semble avoir surclassé bien des prétendants au titres.

Playlist Kuduro PONGO – Kuzola

BRUNO M – Eh Ewe

BURAKA SOM SISTEMA Feat PONGOLOVE – Kalemba (Wegue Wegue)


NOITE DIA Feat AGRE G – Ta Queimar

12

Figure emblematique du kuduro, Noite e Dia a évolué avec les plus grands nom de la scène angolaise parmi lesquels nous pourrions citer ne serait ce que l’excellent Bebucho Q Kuia ou Os Divas Do Kuduro. Oubliez cependant ce track pour un mariage, tant l’instru peut s’avérer anxiogène et axé ghetto.


OS DETROIA – Bela (Não Faz Isso)

13

Voici quatre types fantaisistes qui, à une décennie près, auraient littéralement triomphé sur Tiktok. L’histoire étant ce qu’elle est, ces derniers auront malgré tout fait un tabac avec une chanson aussi festive que drôle. Peu de dancefloors auront résisté à un refrain aussi entêtant et qui peut être traduit par « Bela, tu ne sais pas danser ». Bien évidemment, la danse désinvolte et hilarante qui s’ensuit est une des clés d’un succès qui ne sera jamais renouvelé par le quatuor angolais.


OS GRANADA – Tia Maria

14

Un classique du Kuduro dont vous ne trouverez hélas aucun clip sur Youtube et autres plateformes de streaming.

OS LAMBAS – Provou E Gostou

15


Les Lambas figuraient parmi les groupes les plus respectés de la sphère Kuduro. Nombre de chansons de leur repertoires sont considérés comme des hymnes, encourageant notamment la jeunesse angolaise à se détourner de la délinquance. Si les kuduristas ont attiré les foules sans discontinuer, les jalousies et autres désaccords en internes ont définitivement scellés l’avenir de Bruno King, Andeloy, Amizade et Nagrelha. Par ailleurs, Amizade sera abattu en 2005 par la police, dans des circonstances on ne peut plus troubles…

OS VAGABANDA – Do Manganza

16

Probablement parmi les groupes kuduro les plus efficaces en Angola.

PONGO – Kuzola

17

Au sein de Buraka Som Sistema, Pongo détonnait déjà par son style puissant, par sa voix aussi mélodieuse que magnétique, comme par une énergie tout simplement divine sur scène. Peu étonnant donc qu’elle soit, à peine lancée en solo, plébiscitée par toute la presse musicale et courtisée par les festivals du monde entier. Son Kukuro trahit son amour inconditionnel pour son Angola natal. Mais sa musique se nourrit également d’influence multiples, qui façonnent un univers riche et infalsifiable parce qu’il lui est propre. « Kazula » est la chanson d’une femme abandonnée, qui se sent trahie et naïve tant elle a été aveuglée par l’amour pour un homme finalement indifférent à sa dévotion. Un thème universel, abordé avec sobriété, mais avec cette magie africaine qui fait que le corps célèbre toujours… En mouvement.

PROPRIA LIXA & LIMAS DO SWAGG – Bate o Pé

18


.

PUTO LILAS – Mana Tocobina

19

Puto Lilas fait parti de ces artistes qui comptent. Régulièrement plébiscité par Radio Luanda, sollicité dans toute la sphère lusophone pour sa musique, celui qui se fait également appellé « « Fininho bom de boca » n’a de cesse d’envoyer des messages forts pour sa patrie angolaise.

PUTO PRATA – Tá a Bater ou Não

20

Connu pour sa rivalité avec l’artiste Nagrelha et sa proximité avec Noite e Dia, Puto Prata s’était notamment illustré dans le cadre d’un excellent featuring avec le groupe Buraka Som Sistema.

QUEIMA BILHA – Fogo Na Sanzala

21


SE BEM – Felicidade

22


SEMAL DO ARRASO – Danca Do Sal (Sale)

23

Pourtant voué à une carrière de footballeur, il aura suffit qu’Antonio Said Coelho da Silva croise la route de l’animateur Mestre Katana pour devenir le kudurista que le monde connaît désormais sous le nom de Semal. S’il représente l’ancienne école, celle qui composait avec des claviers MIDI plutôt que des ordinateurs, sa « musica » reste toujours ancrée dans la mémoire collective.

 



Playlist Kuduro se bem felicidade

titica chao

turma tommy minguito


TITICA X NEIDE SOFIA X UAMI NDONGADAS X PAULELSON – Ta Domina

24

La France connaît peu la jeune Titica en dépit d’un engouement populaire dans les années 2010. Pas une seule compilation du type « Kuduro Reggaeton Hits 2015 » ou autre « Kuduro pour les Nuls » ne semblent faire mention de son existence. Pourtant, elle demeure une icône dans son pays ainsi que pour la diaspora angolaise disséminée partout dans le monde. Transgenre assumée, Titica a d’abord entamé une carrière de danseuse avant de s’imposer presque par erreur dans la sphère Kuduro.  » O Chão « , enregistré en 2011, constitue son premier succès et lui a valu d’être nommée meilleure artiste Kuduro de l’année 2011. Collectionnant les tubes, les brésiliens l’acclament et l’honorent du titre de « reine du Kuduro ». Titre qu’elle préfère céder à une autre artiste du nom de Fofandó, au profit d’une image davantage mise au service de la lutte contre le VIH ou contre l’homophobie. Fusionnant le style Kuduro avec un rap plus actuel, « Ta Domina » constitue la transition parfaite de votre playlist kuduro vers des sonorités urbaines.


TURMA TOMMY – Minguito

25

Les compères Moreno Crack et Piri Pack livraient ce joli succès populaire en 2007.



Playlist Kuduro

A découvrir également:

Semba: 25 pépites absolument incontournables.
Les morceaux cultes du Ndombolo
40 sons coupé-décalé pour s’enjailler.
Kizomba: 50 titres incontournables
Les indémodables de l’Afro Pop nigériane (Afrobeats)


Playlist Kuduro