Playlist généraliste Musique Année 90 :

50 titres incontournables pour faire la fête comme à l’époque.


Musique Année 90!
Difficile de contourner l’actualité musicale dans les années 90. Les radios et autres chaines musicales surfaient sur une vague créatrice, particulièrement féconde. C’est ainsi que sur Fun Radio, vous pouviez écouter Rage Against The Machine, Les Spice Girls, et Daft Punk dans le même quart d’heure! La station Skyrock, quant à elle, martelait Rap, Raï et musique Techno avec un égal bonheur. Nova, quant à elle, défrichait et faisait le tour de toutes les tendances mondiales…

Il demeure de cette dynamique, l’idée d’une génération qui aura vécu à l’unisson le renouveau du rock, mais aussi l’émergence d’une véritable scène Hip-Hop et Electro.
A la découverte de notre sélection de classiques, quelques souvenirs enfouis referont surface pour sûr. Nous vous avons, en effet, concocté cette compil d’idées dans un seul but: celui de vous faire danser! Bon…Au pire, elle constituera la base de votre soirée blindtest. Nos commentaires seront alors autant d’indices à apporter, eventuellement, aux participants.

.
Bonne (re)découverte, en espérant vous avoir apporté une précieuse collaboration!

playlist Musique Année 90

Dernière mise à jour: 30/03/22




0 ► A

ACE OF BASE – All That She Wants

01

A l’exception de Abba dans les années 70 ou de rockeurs chevelus qui répondaient au nom d’Europe, rares sont les groupe suédois qui peuvent s’enorgueillir d’avoir connu une réelle consécration à l’international. Ace Of Base proposait une Dance Music qui dénotait quelque peu avec le débuts punk de ses membres. Mais peu importe… Les tubes “All That She Wants” et autres “Happy Nation” feront de ce quatuor des icônes de la musique des années 90. Il deviendront si célèbres dans le monde que toute la Scandinavie deviendra pour un temps le centre du monde. Pour le moins jusqu’à ce que l’on apprenne que le réel mérite revenait à la chanteuse Kayo Shekoni qui les avait, en réalité, largement inspiré (écoutez bien la chanson “Another Mother”). Aussi, la révélation du passé néo-nazi de Ulf Ekberg n’aura pas joué en la faveur d’un groupe culte mais qui subira autant de déconvenues que de reformations par la suite.

ALLIANCE ETHNIK – Simple Et Funky

02

D’aucuns diront que “Simple et Funky”, c’est du rap old school. Le son urbain, universel et optimiste, qui a tenu en haleine toutes les pistes de danse durant l’été 1995. Pourtant, en samplant Parliament Funkadelic, K-mel et sa talentueuse bande rendaient déjà un hommage appuyé au rap festif et léger qui caractérisait la scène West Coast americaine du début des années 80. Des morceaux comme “Simple et Funky” ou “Respect” sont indissociables des années 90 pour 2 raisons. La première étant que la vie du groupe n’aura pas franchi le seuil du nouveau millénaire. Des années 2000 qui marqueront, en outre, la révolution du rap français. Et c’est bien là la seconde raison: face à la percée du Gangsta Rap, Alliance Ethnik devenait has-been de facto. Il n’en demeure pas moins qu’aujourd’hui encore, la génération ayant vécu les années 90 se souvient toujours par cœur de paroles aussi ciselées que spontanées. Que dire, par ailleurs, de la mélodie particulièrement entraînante d’un “Simple et Funky”, qui renverra pour toujours au bon souvenir d’une époque résolument joyeuse.

ARRESTED DEVELOPMENT – People Everyday (Metamorphosis Mix)

03


Alors que les gangsters étaient en passe de formater la sphère hip-hop, le rappeur Speech et ses acolytes de Arrested Development offraient au monde une musique à contre-courant, et résolument optimiste. Si leurs textes étaient généralement très engagés, ces derniers prônaient principalement le retour aux valeurs originelles. La nécessité de privilégier la simplicité et l’harmonie dans nos interactions. C’est ainsi qu’en reprenant le refrain ainsi que la structure de base du fameux ” Everyday People ” de Sly & The Family Stone, les artistes d’Atlanta vont moderniser un message fort et qui avait déjà fait tomber bien des barrières dans l’Amérique ségrégationniste des années 60. “Everyday People” est un rap cool, heureux, et qui a beaucoup fédéré sur les pistes de danse à sa sortie en 1992. Un son festif et authentique, qui sera une pièce de choix dans toute playlist “Musique Année 90” qui se respecte.

ALLIANCE ETHNIK – Simple Et Funky Musique Année 90

tube année 90 BIG SOUL Le Brio

BILLY ZE KICK ET LES GAMINS EN FOLIE – O.C.B année 90 musique


B

BEATS INTERNATIONAL – Dub Be good To Me

04

“Dub Be Good To Me” n’est peut être pas de la musique qui bouge, à proprement parler, sinon un classique de la Dance Music. Un opus souvent et injustement occulté lorsque l’on se remémore les tubes qui ont marqué les années 90. Lindy Layton et un certain Norman Cook rêvaient d’un titre funky, à contre-emploi des productions House qu’ils avaient tous deux l’habitude de mixer en tant que DJs du côté de Brighton. En bons alchimistes, ils ré-interprêtront le “Just Be Good to me” du groupe SOS Band sur lequel viendra se greffer un sample des Clash (notamment la ligne de basse de Guns of Brixton), mais aussi des échantillonnages de Ennio Moriconne ou de Johnny Dynell. Évidemment, sans autorisation préalable des ayant-droits, le groupe perdra toutes les poursuites judiciaires déclenchées à son encontre et la quasi-totalité de ses royalties engendrés avant de disparaître prématurément. Mais Norman Cook est un artiste persévérant. Figurez vous qu’il fera de nouveau parler de lui un quart de siècle plus tard. Mieux encore, il sera considéré comme un DJ star et une icône du Big Beat. Son nouveau blaze? FatBoy Slim!

BECK – Loser

05

Beck donne l’image de ce type maladroit et chevelu que l’on croise dans tous les lycées. Celui qui grattouille dans le garage de ses vieux, bidouille des sons de manière purement occupationnelle à défaut de se préoccuper du bac à venir. Jusqu’au jour où 2 ou 3 idées l’incitent à enregistrer une aberration qui deviendra finalement un mythe du rock indé des années 90. Loser, c’est un peu ça (en romancé, bien sûr). Ce titre fut un tube majeur, tournant en boucle sur la FM. Il s’y dégage un tel sentiment de “je m’en-foutisme” que personne ne s’est risqué à une reprise jusqu’ à ce jour.

BIG SOUL – Le Brio

06

L’histoire de Big Soul est celle d’un énième groupe rock qui rêvait de gloire. L’improbable succès ne naîtra pourtant pas en Californie, d’où le groupe est originaire. Ni même aux États-Unis d’ailleurs … Maisons de disques et autres badauds n’étaient que peu enthousiasmés par un son certes pêchu, mais mâtiné d’un funk à dix mille lieux du grunge nirvanesque alors en vogue. Le salut de Big Soul viendra finalement d’un DJ parisien conquis, lors de son passage à L.A, par leur prestation live. Pas peu fier de sa trouvaille discographique, il distillera l’entêtant “Hippy Hippy Shake” pour endiabler ses sets puis louera le potentiel commercial du groupe à une maison de disque dans laquelle il avait alors ses entrées. Le DJ avait du nez…
Grâce à son enthousiasme désintéressé auprès du label Sony, la France de Chirac va découvrir avec ferveur le rock US le plus frenchy de la décennie! “Le Brio”, mais aussi “Hippy Hippy Shake”, seront des succès considérables. Le groupe peinera, hélas, à confirmer son rang de star sur la durée. Mais, définitivement, il s’est inscrit comme celui qui aura su marquer positivement toute une génération. Une musique Année 90 qui fait honneur à toute playlist orientée fête et bonne humeur.

BILLY ZE KICK ET LES GAMINS EN FOLIE – O.C.B

07

Billy Ze Kick, et sa chanson française matinée de reggae/rock, s’inscrit dans la continuité des groupes indés des années 80, dont la créativité comme l’explosivité scénique n’ont jamais su trouver leur pareil. Camouflés derrière une scénographie aux couleurs chatoyantes, les sympathiques rennais semblaient défier la censure avec humour. Et le hold-up fut parfait! Toute une génération, d’enfants et d’experts en la matière, se sont pris au jeu d’entonner à tue-tête les odes du groupe, dédiés à la défonce et à la glande. Mieux encore, les médias applaudissaient … Culte!

BLACKSTREET – No Diggity

08

La Musique Année 90, c’est aussi la déferlante RnB. Parmi les standards du genre, un opus arrangé par un certain Dr Dré. Parfait pour se mettre en jambe sur le dancefloor et indémodable!

BRITNEY SPEAR – Baby One More Time

09

Difficile d’éluder le plus grand succès commercial et populaire de Britney Spear. L’ex enfant star des chaînes de Disney est devenue, dans les années 90, une icône incontestée de la culture pop. Celles qui furent naguère des adolescentes romantiques  s’en souviennent encore …

 



C ► F

CRYSTAL WATERS – Gypsy Woman

10

L’histoire de la jeune Crystal Waters est commune à celle de bien des afro-américains. Sa famille baigne dans la musique, notamment dans le jazz. Mais il n’est pas question pour elle d’embrasser une carrière artistique… Alors qu’elle évolue en faculté, en vue d’embrasser une carrière dans l’informatique, sa route va croiser celle de producteurs qui ont grandement contribué à la définition du son house des années 90: les Basement Boys. Ces derniers connaissent le talent de Waters pour l’écriture, et ils peinent à boucler celle d’une production prévue pour la chanteuse Ultra Naté. Le son riff de clavier et une ligne de basse lourde vont particulièrement inspirer Waters qui va ensuite s’empresser d’enregistrer une maquette. Sa voix profonde et intense, pétrit de blues, raconte finalement le quotidien troublant d’une jeune femme sdf, toujours soucieuse de son apparence.  Jamais la démo n’arrivera à l’oreille d’Ultra Naté. La maison de disque ayant immédiatement signé la version demo, qui deviendra par ailleurs un classique House intemporel et un hymne majeur de la musique Année 90. La da dee, la da da …

Musique Année 90 BLACKSTREET – No Diggity

BRITNEY SPEAR – Baby One More Time

DEEE-LITE – Groove is in the Heart


DEEE-LITE – Groove is in the Heart

11

Groupe dance phare de l’année 90, Dee-Lite nous enthousiasmait avec son hit très inspiré, truffé de samples funkys (dont la cultissime ligne de basse du “Bring down the Birds” de Herbie Hancock). Malgré 3 albums, seule cette chanson marquera réellement les esprits. Le casting était pourtant affolant: Lady Miss Kier au chant, Q-Tip pour la partie rappée, Maceo Parker au saxophone, et un certain Fred Wesley au trombone…Le tout servi par 2 DJs particulièrement reconnus en Ukraine et au Japon ( Supa DJ Dmitry et DJ Towa Tei).

DIANA KING – (Mercy) Shy Guy

12

Au cours de l’été 1995, une comédie américaine, intitulée “Bad Boys”, allait connaître un énorme succès au Box-Office. Un blockbuster qui n’apporte rien de bien innovant, certes, mais qui va révéler au grand écran celui que la jeunesse adore déjà dans la série TV “le Prince de Bel-Air”: un certain Will Smith. Aussi, business oblige, la bande originale du film va faire l’objet d’une mise en avant particulièrement rentable. On en retiendra pourtant pas grand chose non plus… Sinon cette petite perle RnB aux couleurs ragga, et qui cristallise assez bien l’ambiance d’une époque désormais révolue.

DR ALBAN – Sing Hallelujah

13

“Sing Hallelujah”, c’est le son d’une époque. La musique année 90 par excellence. Un tube aux sonorités Dance et Disco, qui louait étrangement le Dieu chrétien dans toutes les discothèques du monde. Ce dernier s’inscrit toujours parmi les classiques de toute bonne fête qui se respecte.

EMINEM – My Name Is

14

S’agissant probablement d’un rap majeur des années 90, “My Name Is” n’en est pas moins le titre qui aura définitivement lancé la carrière triomphale d’Eminem. La piste rythmique s’apparente à un sample grossier du fameux “I Got The…” de Labbi Siffre. Si les détracteurs condamneront d’emblée une création paresseuse, les fans crieront, d’un autre côté au génie. Sur ce dernier point, force est de constater qu’Eminem est bien plus fort qu’il n’y parait. D’ailleurs, si vous prenez à l’envers, le fameux refrain ” What! My name is” , vous entendrez sans détour “It’s Eminem”. L’artiste se répondant à lui même… Une technique bien connue, nommée Backmasking.

FATBOY SLIM – The Rockafeller Skank

15

Au fond, le genre “Big Beat” serait presque né avec ce titre tant il est devenu un hymne que peu de dancefloors auront pu occulté à sa sortie. L’anecdote voudrait que, pour sortir ce morceau sur le marché, le DJ anglais aura dû concéder 100% de ses royalties au profit des artistes allègrement samplés: Vinyl Dogs – “Vinyl Dog Vibe”, Just Brothers – “Sliced ​​Tomatoes” ou John Barry – “Beat Girl” pour ne citer qu’eux. Attention, Top 10 Tubes Années 90 Q-DJ !

chanson année 90 techno FATBOY SLIM – The Rockafeller Skank

rap année 90 IAM – Je Danse le Mia

Musique Année 90  INI KAMOZE – Here Comes The Hotstepper


G ► K

GALA – Freed From Desire

16

La chanteuse pop italienne nous délivrait, en 1997, un titre qui est devenu non seulement un standard incontesté, mais aussi une sorte de mantra bouddhiste qui appelle à nous “libérer du plaisir”. Il est par ailleurs toujours intéressant d’observer que, même en ignorant le sens des paroles, l’adhésion collective reste aussi massive que inextricable. Probablement la Musique Année 90 la plus attendue dans votre playlist thématique.

HADDAWAY – What Is Love

17

Parmi les hits les plus emblématiques des années 90, “What is Love” tient une place de choix. Le chanteur trinidadien nous offrait, en 1993, ce qui allait devenir un hymne Eurodance majeur. Le titre regagne régulièrement en popularité, grâce à des remix ainsi qu’ à des parodies de tout genre.

HOUSE OF PAIN – Jump Around

18

Inutile d’avoir le sens du rythme ici. Il vous suffit de sauter dans tous les sens, avec la fougue d’un irlandais de comptoir accroché à sa sixième pinte. Les plus paresseux pourront de se laisser porter par le mouvement de la foule. La production instrumentale, signée DJ Mugg (du mythique Cypress Hill), représente à elle seule une première alerte, jusqu’à ce que Mc Everlast et ses acolytes ne réduisent à néant toute velléité léthargique sur le dancefloor. Tel un fil rouge, “Jump Around” a longtemps faire la part belles aux DJs en panne d’inspiration. Le grand public connaît ses classiques, ces sons qui font bouger, et qui sauraient, presque à eux seuls, relancer une soirée promise à l’échec. Définitivement, “Jump Around est un hymne indispensable pour votre playlist Musique Année 90.

IAM – Je Danse le Mia

19

De mémoire d’ancien, l’accueuil du Mia, en 1994, fut particulièrement enthousiaste. Cependant, le titre n’était que rarement plébiscité sur la piste de danse. Le rap connaissait ses premiers succès commerciaux, avec MC Solaar notamment. Mais il demeurait un style encore trop méconnu du grand public pour être mis en avant. Si le sample de “Give me the night” donnait des élans Disco/Funk à la production des marseillais, c’est surtout l’humour avec lequel Akhenaton décrit l’ambiance des soirées funk dans les années 80 que nous retenions alors. Une decennie plus tard, ce son des premières heures était déjà déclassé dans la rubrique Old-School. Le rap francais est devenu très populaire mais clivant. Se rappeler au bon souvenir d’une génération, definitivement has-been, justifiera alors volontiers quelques pas de danse à l’ancienne et le chant à tue-tête d’un texte que l’on connait tous à peu près par choeur.

INI KAMOZE – Here Comes The Hotstepper

20

En dehors de sa Jamaïque natale, Ini Kamoze était un illustre inconnu avant la sortie de son single qui demeure une musique année 90 par excellence. Le reggae-man avait pourtant déjà sorti quelques albums de bonne facture, et qui mériteraient que l’on y penche l’oreille… En réalité, “Here Comes The Hotstepper” (traduisez “Le mec dangereux débarque”) ne doit rien au hasard. L’industrie américaine cherchait un moyen de pénétrer le marché jamaïcain, sans doute jugé trop autarcique, et à lui imposer quelques têtes de gondoles de son cru. Timing parfait pour le chanteur à la signature sonore si singulière, qui annonce qu’il est prêt à relever le challenge, et qui sera largement soutenu par le film “Prêt-à-Porter” dont il sert la bande originale. Depuis cet opus, et malgré une carrière sans faux bonds, l’artiste a disparu des radars médiatiques par la suite.

JAMIROQUAI – Virtual Insanity

21

Jay Kay et sa bande d’audacieux musiciens ont apporté, aux années 90, un groove cosmique et sautillant. Si “Virtual Insanity” reste probablement le plus gros succès du groupe, de nombreuses pièces Funk, Disco ou Acid-Jazz du répertoire se savourent et justifient largement leur succès bien des années plus tard.

KRIS KROSS – Jump

22

L’épopée Kris Kross ne parlera qu’à celles et ceux qui regardaient encore religieusement le Club Dorothée via leur TV cathodique. Parce qu’il faut être honnête, en dépit de ses millions de disques vendus à travers le monde, “Jump”  ne demeure ni plus ni moins que du Jordy *2 à la sauce hip-hop. D’ailleurs  son producteur, un certain Jermaine Dupri, ne l’a jamais caché. Alors qu’il cherchait à suivre la voie d’un père directeur artistique chez Columbia Records, le jeune Dupri croise la route de deux gamins de douze ans, dans un centre commercial d’Atlanta. Kelly et Chris ne revendiquent rien. Ils sont juste animés d’une énergie très communicative. Surtout, ils sont cools et ont du swag bien avant l’heure. Dans une vision finalement très lucide, Dupri voit en ces collégiens l’opportunité de lancer son empire. Il va chaperonner ses « babys emcees » improvisés, et mettre en place un plan qui s’avérera gagnant. En effet, “Jump” va révolutionner le monde du rap et truster la programmation de toutes les radios et chaînes musicales  à sa sortie en 1992. La combinaison Jean Levis 501, tee-shirt L.C Waikiki et Reebok Pump, qui définissait le must-have absolu de tous les mômes d’alors, tombera en désuétude à la vue du clip et du fameux « backward style » qui a halluciné toute une jeunesse. “Jump” est un titre pêchu, et dont l’accrocheuse mélodie demeure agréable à réécouter. Mais c’est surtout ce gimmick, cette étrange idée de porter des fringues à l’envers, qui a incité le jeune public des années 90, a prêter attention à une chanson qui ne serait jamais restée dans l’histoire autrement.

Musique Année 90 JAMIROQUAI – Virtual Insanity

KRIS KROSS – Jump

LARUSSO – Tu m’oublieras


L ► N

LARUSSO – Tu m’oublieras

23

Adaptation française d’un fond de catalogue US, la chanson fut d’abord interprétée par Régine en 1980! 18 ans plus tard, Larusso fera de cette reprise un succès sans précédent. Du reste, depuis on a plus jamais revu la chanteuse rousse, sinon à deux trois occasions données et au cours dequelles elle nous précise avoir survécu. Cette musique année 90 fonctionne toujours très bien sur la piste de danse.

LOUISE ATTAQUE – J’t’emmène au Vent

24

Le rock français, durant les années 90, c’était quelque chose. Comme nous le disions précédemment, la scène indépendante des années 80 avait su placer la barre très haut, tout en laissant un héritage considérable. Peu étonnant, donc, que Gaëtan Roussel et les siens aient pris le relais avec le soucis d’apporter un je-ne-sais-quoi- en plus, et qui a fait toute la différence. L’originalité de Louise Attaque venait peut être de l’omniprésence du violon et du timbre éraillé de son chanteur, qui est “également un véritable poète dans l’âme. Peu importe, Louise Attaque, c’est un groupe live classe, capable de restituer des disques de grande qualité . Bien qu’il soit toujours en activité, il lui sera difficile de revivre la belle surexposition médiatique que lui ont occasionné des perles telles que “J’t’emmène au Vent”, “Ton invitation” ou l’amusant “Lea”.

MANAU – La Tribu de Dana

25

L’estampillage “Tubes Années 90” colle parfaitement à ce single rap qui fut un véritable ras de marée au cours de l’été 1998. “La Tribu de Dana” relate les exploits fictifs d’un guerrier qui lutte, en terre bretonne, contre les cavaliers Cimmériens. L’inspiration celtique du projet parisien de Martial Tricoche n’aura hélas jamais su confirmer tout l’étendu de son potentiel par la suite. Une certaine Nolwenn Leroy leur volera même la vedette, une décennie plus tard, en s’auto-édifiant comme ambassadrice de la musique traditionnelle bretonne.

MARK MORRISON – Return Of The Mack

26

Vous trouverez peut-être de nombreuses playlists Musique Année 90 sur Google, Youtube et autres Spotify. Mais rares sont celles qui citeront ce titre. Pourtant, “Return Of The Mack” fut un carton majeur en club-discothèque durant les 3 années qui suivirent sa sortie en 1996. Un son qui figure notamment sur notre sélection old-school de RnB festif (lien en bas de page).

MC HAMMER – Can’t Touch This

27

STOP, Hammer Time! En 1990, le pionnier du pop-rap reprenait à sa sauce un classique de Rick James (Super Freak, pour l’anecdote). Le résultat est mémorable. Si bien que “Can’t Touch This” est devenu un hymne planétaire, toujours ancré dans la mémoire collective. Les témoins de cette époque se rappelleront au bon souvenir du clip. Une vidéo dans laquelle Hammer et ses danseurs esquissaient des pas de danse hip-hop que nous avons alors tous tenté d’imiter, au moins une fois. Une danse qui n’était alors qu’à ses prémices.





MENELIK – Bye-Bye

28

Le compagnon de route de Claude MC (alias MC Solaar) aura finalement traversé les années 90 en enchaînant les succès commerciaux. Citons pour autres  exemples les titres “Tout baigne” ou “Quelle Aventure”, en rotation massive dans les médias de l’époque. Il n’en demeure pas moins que la carrière de MNLK ne se sera limitée, en définitive, qu’à un rap léger et consensuel. Parfait pour faire la fête, sans se prendre la tête.

NIGHTCRAWLERS – Push The Feeling On

29

En 1992 les anglais, formant le groupe Nightcrawlers, sortaient un track acid-jazz nommé “Push the Feeling On”.  Le titre à connu un succès d’estime aux Etats-Unis. Mais il était voué à sombrer  dans l’oubli. Tout cela était sans compter sur Marc Kinchen, un DJ de Detroit, convaincu qu’un petit lifting électro valoriserait le pouvoir hypnotique et dansant de l’œuvre d’un groupe qui n’existait déjà plus. Son remix sort en 1995. En plus de cartonner, au point d’être devenu un standard de la House Music, il est régulièrement samplé par d’innombrables producteurs en quête d’un succès facile. En bref, s’il y a bien une Musique Année 90 qui n’a pas pris une ride grâce au botox sonore, c’est bien celle-ci!

NIRVANA – Smells Like Teen Spirits

30


L’année 1992 fut un grand cru pour la production musicale. Mais on retiendra surtout l’immense apport de Nirvana, avec son fameux “Smells Like Teen Spirits”, et auquel la génération X s’est largement identifiée. Sans précédent ni réel support marketing, la déferlante grunge allait, à partir de cet instant, dicter le narratif rock jusqu’à la fin de cette décennie.

NOIR DESIR – Tostaky (Le Continent)

31

Difficile, même pour une oreille refractaire aux guitares incisives, de sortir indemne de l’experience live ou discographique de ce groupe sans compromis. Noir Désir, c’est l’énergie brute, la poésie sans artifice, mais aussi une préoccupation humaniste portée avec sincérité par la voix impériale de Bertrand Cantat. D’aucuns plébiscitent le groupe pour ses éclairs noisy. D’autres saluent ses sons bluesy et crades, qui sonnent souvent comme un cri de douleur. Quant à nous, nous mettrons ici en avant l’hymne rock sur lequel chevelus, clubbers et autres rappeurs ont toujours aimé pogoter côte à côte: Tostaky! Impossible de contourner cette oeuvre puissante, au riff dantesque, qui passe du quasi murmure à l’hysterie sonore, comme pour réveiller les consciences enfouies parmi nous. Le rock français est mort avec Noir Desir.

NTM Feat LORD KOSSITY – Ma Benz

32

Parler rap français des 90’s revient inévitablement à évoquer le duo mythique du 9.3. Inutile, donc, de dresser un exposé de ceux qui font toujours l’actualité. Secondaire aussi de préciser qu’il n’est pas question pour nous de synthétiser 30 ans de carrière avec cette chanson somme toute légère. Mais son efficacité sur les pistes de danse n’étant plus à démontrer, nous aurons davantage privilégié cette paranthèse discographique, bien plus fédératrice que les textes incisifs qui a valu à NTM d’être considéré comme l’une des plus grandes référence de l’art poétique urbain.

LOUISE ATTAQUE – J’t’emmène au Vent Musique Année 90

MENELIK – Bye-Bye

NTM ma Benz



O ► N

OASIS – Wonderwall

33

Qui dit Musique Année 90 dit aussi, indissociablement, musique grunge et pop anglaise. La déferlante grunge, venue d’Amérique, a installé sur le devant de la scène mondiale des groupes comme Nirvana, Soundgarden, ou Pearl Jam (pour ne citer qu’eux). En réaction, l’industrie musicale britannique se devait de façonner à son tour un style nouveau et qui lui serait propre. Un groupe nommé Blur, déjà bien en place sans vraiment rencontrer le succès, saisira l’opportunité offerte pour se réinventer. Le duo Oasis, quant à lui, posera l’acte fondateur de la britpop moderne avec un premier album encensé par la presse jusqu’à la démesure. La même presse anglaise qui n’aura de cesse d’opposer les deux nouvelles icones de la jeunesse, au service d’une propagande géoculturelle qui n’a jamais dit son nom. Fort de cette base, la nouvelle vague britpop est née et va alors rayonner à travers le globe. Cette dernière sera également portée par de nombreuses formations telles que Elastica, The Verve, Supergrass, Primal Scream, et autres Pulp . En 1995, Oasis va sortir le chef d’œuvre qui les placera définitivement sur orbite: l’album “(What’s The Story) Morning Glory?”. Les frères Gallhager sont désormais considérés comme les égaux des Beatles et explosent tous les compteurs. Suréstimés ou pas, ils ont livré au monde le magnifique “Wonderwall”. La ballade “so british”, que l’on entonne volontiers vers les coups de minuits, et dans l’ivresse de la fête.

OPHELIE WINTER – Dieu m’a donné la foi

34


Parmi les tubes français notables, au cours des années 90, Ophéläi demeurait incontournable. Son groove, calqué sur la tendance US de l’époque, remplissait parfaitement sa fonction divertissante et sans prétention. Pas sûr, cependant, que Dieu ait apprécié d’être cité dans une entreprise qui s’apparentait davantage à une course aux disques d’Or qu’à une mission d’évangélisation sincère et honnête.

RICKY MARTIN – Maria

35

Les années 90, c’est aussi l’âge d’or des Boys Bands (qui ne nous ont pas laissé une trace indélébile), et la fabrication sur mesure de rythmes exotiques destinés nous faire suer tout l’été. En une formule 2 en 1, et histoire de ne duper ici aucune sensibité, nous sommes ravis d’associer Ricky Mrtin à notre playlist Musique Année 90!
C’est en 1997 que le latin lover, aux déhanchements allumeurs, nous livrait sa pop latine hyper dansante. Bien avant de débarquer dans l’hexagone, Ricky avait déjà conquis toute la sphère hispanique. Sa consécration devenait donc mondiale … Mais pas que… Le choix de Ricky Martin et de son “Un Dos Très Maria” n’est pas anodin. Ce morceau, que les DJs mixaient volontiers avec la Macarena, va ouvrir une voie royale à d’autres stars latines désireuses d’étendre leur populairité dans un marché devenu mature de fait. C’est ainsi que Jennifer Lopez ou Shakira viendront conqquerir l’Europe, avec le triomphe qu’on leur connait. Hélas, l’histoire ne dit pas la répetition des pas de salsa sur la piste de danse, ne trouve pas son lien avec l’exploit des bleus en Coupe du Monde de foot quelques mois plus tard …

RAGE AGAINST THE MACHINE – Killing In The Name

36

“Killing In the Name”, c’est la bombe néo-métal qui réconciliait rappeurs et métalleux. Un riff mémorable sur lequelle la voix malmenée de Zack de la Rocha exhortait l’auditeur à la sédition. De cette énérgie, qui semblait sortir des tripes, nous en avons retenu une chose: l’album Bombtrack est resté le disque de chevet de toute une partie de la génération 90. Le jouer dans une playlist 90 risque de reveiller bien des âmes engourdies!

REAL 2 REAL – I like to Move It

37

Il serait difficile de restituer ici la frénésie que ce hit a suscité, lors de sa sortie en 1994. Imaginez un contexte dénué de toute plateforme de streaming, dans lequel posséder des disques était un privilège onéreux. Aussi, rappellez vous au bon souvenir des boums, qui étaient vécues comme de vrais moments de fête. Les ados, loin d’être désabusés ou hypnotisés par un smartphone, faisaient honneur à leur hôte et à leur rang d’invités sur la piste de danse. Bien évidemment, l’emoi des slows et des premières galoches s’inscrivat parmi les séquences les plus attendues. Mais jusqu’au printemps 1994, tous les DJs et apprentis DJs d’alors vous le confesseront: “I like To Move It”, c’était un minimum de 5 – 6 diffusions dans la même soirée sans que personne ne s’en lasse. Ceci est un temoignange vécu et jamais rééedité par la suite.

RED HOT CHILI PEPPERS – Under The Bridge

38

Succès majeur des Red Hot, cette ballade envoûtante évoque la solitude de son chanteur (Kiedis). Une confession sombre et intime, décrivant des liens d’amour, quasi mystiques, que Kiedis entretient avec la ville de Los Angeles. Une histoire également ponctuée par l’usage abusive de drogues…
Moins festif que l’imparable “Give it Away”, mais John Frusciante y signe l’un des riffs les plus marquants de l’histoire du rock. Les amateurs du genre, rompus aux paroles, pourront clotûrer la soirée 90’s sur un bel instant de communion.

OASIS – Wonderwall Musique Année 90

OPHELIE WINTER – Dieu m’a donné la foi

REAL 2 REAL – I like to Move It





S

SANTANA Feat THE PRODUCT G&B – Maria Maria

39

Sous la houlette de Wyclef Jean, le groupe Santana signait, en 1999, son premier classique Pop R&B. Pas sûr, cependant, que Carlos Santana, qui doit être considéré à juste titre comme l’un des plus grands guitaristes connus à ce jour, ait considèré sa performance comme la plus notable de sa longue carrière.

SNAP! – The Power

40

Il ya des titres Dance qui ont particulièrement mal vieillit. Ce qui n’est pas le cas de “The Power”, un énorme succès allemand toujours bien ancré dans l’inconscient collectif. A privilégier comme un gimmick d’accroche pour votre soirée à thème.

SNOW – Informer

41

A 23 ans, le canadien au cheveux blonds, qui se fait appeller “Snow” par les jamaîcains noirs de son quartier de Toronto, va vendre plus de 8 million d’exemplaires d’un tube majeur des années 90. Le crossover rap/reggae/dancehall se nomme quant à lui “Informer”. Un hymne anti-poucave, qui cible les individus qui l’ont envoyé en prison dans une affaire de tentive de meurtre. 26 ans plus tard, Daddy Yankee reinventera cette chanson et reiterera son succès, avec un dicours bien plus apaisé.

SPICE GIRLS – Wannabe

42

Notre playlist Musique Année 90 est clairement subjective. Nous avons volontairement omis de mentionner quelques navets tubesques estampillés boys bands, dans une perspective certes toujours populaire, mais restrictive et (nous l’esperons) qualitative. Il existe pourtant un girls band impossible à éluder: les Spice Girls!
Avec leur offensif « Girl power », Mel C, Mel B, Emma, Victoria et Geri ont tout simplement révolutionné la musique moderne. Plus qu’un titre accrocheur et entrainant, “Wannabe” est devenu l’hymne représentatif de toute époque. Peu de Tubes Années 90 opèrent autant de magie à la lecture des premières notes. Une vingtaine d’années plus tard, “Wanabee” relance toujours un grand nombre de soirées, et cela ne saurait être que la démonstration d’un oeuvre culte et largement ancrée dans le patrimoine collectif.

STARDUST – Music Sounds Better with You

43

Dès le milieu des années 90 la House Music, native de Chicago, va sortir de sa sphère underground pour se lancer à conquète du grand public. Les francais s’avèrent assez adroits dans l’art du séquençage de boucles disco et deviennent rapidement un cas d’école: la French Touch. Thomas Bangalter, qui vient à peine de révolutionner le cours de l’histoire avec le mythique premier album de Daft Punk, possède encore quelques samples à exploiter pour le fun. Il forme un groupe éphémère nommé Stardust, avec 2 acolytes. De cette collaboration naitra seulement “Music Sounds Better with You. L’hymne tacite de toute la French Touch, qui a ravagé les dancefloors du monde entier sans y être vraiment préparé.

Musique Année 90 SNOW – Informer

SPICE-GIRLS Wannabe carton youtube année 90

WILL SMITH – Gettin’ Jiggy wit It


T ► Z

THE FUGEES – Killing Me Softly

44

Après un premier album en demi-teinte, les Fugees reviennent en 1996 avec le disque qui va tout simplement ouvrir au mouvement hip-hop les portes de la reconnaissance populaire. Les haïtiens du New-Jersey y demystifiaient la violence tout en assumant leur appartenance au ghetto. Telle un diva, Lauryn Hill nous gratifiera également d’un reprise qui fera date. Killing Me Softly reste probablement la Musique Année 90 qui fera l’unanimité dans votre soirée à thème, tant la performance est à la fois douce et puissante.

TECHNOTRONIC – Pump Up The Jam

45

Les années 90 ont été rythmés par la Dance Music. Mais s’il y a bien un groupe qui dominait la scène musicale, c’était sans conteste les belges de Technotronic. Passons les polémiques liés à la chanteuse, Ya Kid K, qui fut remplacée par une mannequin dans un clip devenu culte. Concentrons plûtot sur le message, exhortant le public à laisser son corps s’exprimer sans complexe, et ce jusqu’à l’oubli de soi. Telle était bien là la quête de l’acid-house dont est pétri ce morceau original, et que les innombrables revisites n’ont jamais su surclasser. Définitivement dans notre 10 des Tubes des Années.

THE OFFSPRING – Self Esteem

46

Retour au rock! Jusque 1994, The Offspring distillait un punk rock mélodique qui n’intéressait qu’un public d’initié. Le groupe sévissait depuis une dixaine d’années et serait probablement passé sous le feu des radars si l’explosion du Groupe Nirvana n’avait pas déclenchée la curiosité consommatrice d’ados pré-puberts. Quiqu’il en soit l’album “Smatch” fera les belles heures du label indé Epitath en se vendant à plus de 11 millions d’exemplaires. Un petit bijou inspiré, jovial et survitaminé, ne semblant contenir que des tubes. Le Offsprings des années 90, ce sont des riffs devenus mythiques, des lignes de basse dantesques, mais aussi des refrains hurlés qu’on reconnait dès les premières notes. Indispensable pour une playlist Rock Année 90.

THE PRODIGY – Smack My Bitch Up

47

En 1997, Prodigy nous delivrait, avec l’album “The Fat Of The Land”, une performance cyberpunk mémorable. L’atmosphère déjantée du groupe, qui ne se dément toujours pas, démarrait avec le jubilatoire, mais non moins sulfureux, “Smack My Bitch Up”. A jouer, immanquablement, si l’energie s’y prête.

TORI AMOS – Professional Widow (Armand’s Star Trunk Funkin’ Mix)

48

A l’origine, ce titre est un rock alternatif assez commun. Il semblerait par ailleurs que la veuve professionnelle en question soit Courtney Love. Mais peu importe… Si les années 90 devaient vénérer un DJ, Armand Van Helden serait certainement celui là. “The Funk Phenomena” ou “You Don’t Know Me” sont des hits qui, de leur temps, ont dynamité les dancefloors. Et que dire de ce remix, sinon qu’il a quelque peu sombré dans l’oubli. Sa réhabilitation devient nécessaire tant il est génialissime poure faire la fête.

WILL SMITH – Gettin’ Jiggy Wit It

49

Pour sûr, on se souviendra plus de Will Smith pour ses performances d’acteur. Par contre, il est loin d’être dénué de talent niveau musique. La star hollywoodienne nous aura livré une poignée de tubes valables, dont le remuant et mémorable “Gettin’ Jiggy wit It” .

WHITE TOWN – Your Woman

50

Voici une perle pop longtemps oubliée du chanteur Jyoti Mishra, qui semble néanmois revenir en état de grâce. Pour nous, un classique parmi les classiques des années 90.


Musique Année 90: La sélection de Quel-DJ

A voir également, pour approfrondir le sujet:

Les classiques de la Dance Music des années 90/2000
Notre sélection musicale et festive des années 2000
Musique RnB: les titres dansants des années 90
50 tubes incontournables des années 80
La playlist Rap US festif des années 90.



Chanson Année 90